Espace Maurice Blanchot                                                












|Accueil|Articles|Association|Bibliographie|Bibliographie critique|Biographie|Colloques|Correspondances|Historique|Presse|Liens|Crédits et contact|

 

Espace Maurice Blanchot - www.blanchot.fr
ISSN: 1765-291X

Fondateur
Parham Shahrjerdi

Comité de direction

Christophe Bident, Jérémie Majorel, Parham Shahrjerdi.

Comité de rédaction

Monique Antelme, Andrew Benjamin, Gisèle Berkman, Vanghélis Bitsoris, Marco Ciaurro, Marcus Coelen, Danielle Cohen-Levinas, Jonathan Degenève, Marco Della Greca, Juan Manuel Garrido, Kai Gohara, Kevin Hart, Leslie Hill, Mike Holland, Susanna Lindberg, Charlotte Mandell, Laura Marin, John McKeane, Ginette Michaud, Marcelo Jacques de Moraes, Jean-Luc Nancy, Yuji Nishiyama, Paul-Emmanuel Odin, Hannes Opelz, Joon-Sang Park, Edson Rosa da Silva, Benoît Vincent, Serge Zenkine, Giuseppe Zuccarino.





















A l'attention des lecteurs des Écrits politiques Print

A l'attention des lecteurs des Écrits politiques


Suite à la réédition chez Gallimard au printemps 2008 des Écrits politiques de Blanchot sous la responsabilité d'Éric Hoppenot, un certain nombre d'écrivains et d'intellectuels ont alerté l'éditeur sur les nombreuses erreurs que comporte cette édition. Et ce, à plusieurs reprises : lors de deux rencontres rue Sébastien-Bottin en juin et en septembre, et par une lettre adressée à Antoine Gallimard fin octobre, signée des personnes suivantes : Monique Antelme, Andrew Benjamin, Gisèle Berkman, Christophe Bident, Danielle Cohen-Levinas, Marguerite Derrida, Michel Deguy, Kevin Hart, Leslie Hill, Mike Holland, Jean-Luc Nancy et Parham Shahrjerdi.

Nous avions indiqué sur le site
dès le mois de juin quelques-unes des erreurs que comporte cette réédition. Dans l'attente d'une réédition de la réédition… nous jugeons nécessaire de faire part sans tarder aux lecteurs de l'ensemble des erreurs que plusieurs membres de notre comité de rédaction ont pu relever.

 

 

Principales erreurs relevées dans l’édition des Écrits politiques de Blanchot,

Gallimard, 2008,

sous la responsabilité d’Éric Hoppenot

 

 

Mélange constant de la parole de l’éditeur (EH) à l’écriture de l’auteur (MB), que la typographie parfois ne distingue pas.

 

Manque de précisions concernant les diverses versions du texte « Berlin » : ce texte avait d’abord été publié en italien ; comme la version française avait été perdue, Hélène et Jean-Luc Nancy l’avaient “restituée” depuis la version italienne, avec l’autorisation de Blanchot. Cette contribution rare et les noms des deux “traducteurs” se trouvent totalement effacés, pas même mentionnés, dans l’édition présente.

 

Effacement du rôle actif que prirent, avec Blanchot, Dionys Mascolo et Jean Schuster dans l’élaboration collective du Manifeste des 121 : le nom de Mascolo est à peine mentionné et celui de Schuster est effacé. Le fonds Mascolo déposé à l’IMEC, qui contient des éléments précieux, n’a pas été consulté.

 

Autres erreurs concernant l’histoire de la publication des textes.

Le texte « La Déclaration… n’est pas un manifeste de protestation » est présenté comme inédit. Il est dit en note qu’« il n’est pas possible de savoir à qui ou à quoi il est destiné ». Or il a paru dans la revue italienne Tempo Presente, comme l’indique François Maspero en le publiant dans Le Droit à l’insoumission en 1961.

Il n’y a jamais eu de « premier numéro » de la Revue internationale, mais un numéro zéro publié par la revue italienne Il Menabo.

La lettre à Ilija Bojovic avait déjà publiée par la revue Europe en août-septembre 2007 : cette référence n’est pas mentionnée.

 

Confusion entretenue dans l’édition du « Refus » : difficile de savoir, d’après la présentation, si on lit la version de 1958 ou celle de 1971. Même chose pour le texte princeps, « Sur une approche du communisme », dont la présentation évoque à la fois la publication de 1953 et celle de 1971. Or chaque fois c’est la seconde version qui est choisie, soit celle déjà publiée dans L’Amitié. Est-ce bien le choix éditorial le plus convaincant, et le plus cohérent, pour une édition qui se veut chronologique et qui dit emprunter aux « originaux conservés dans les archives de l’auteur » ?

 

Référence inélégante au second livre de Robert Antelme publié chez Gallimard : Robert Antelme, Inédits, etc. [sic].

 

Manque de précision dans certaines lectures de textes conservés dans les archives. Un texte de la revue Comité serait rédigé « par un certain Jacques » : pourquoi ne pas mentionner qu’il s’agit probablement de Jacques Bellefroid, directeur de publication de la revue ?

 

Rapidité de certaines formules qui peuvent donner lieu à des interprétations tout à fait inexactes. Notamment : « il se sépare des intellectuels d’extrême-gauche, souvent pro-palestiniens » : mais de quels intellectuels d’extrême-gauche ? de tous les intellectuels d’extrême-gauche ? étaient-ils donc tous pro-palestiniens ? que signifierait une telle « séparation » ? Ou encore : l’écriture politique de Blanchot est présentée en quatrième de couverture comme « une écriture de la réaction », sans autre précision – que signifie ici ou que laisse à signifier ce mot, « réaction », qui peut prendre bien des significations et bien des orientations ?

 

Fautes d’orthographe sur des noms propres ou communs importants : iman au lieu d’imam, Eyze au lieu de Èze, Enzberger au lieu de Enzensberger. L’imam en question est l’ayatollah Khomeiny : cela aurait pu être précisé.

 

L’article « La perversion essentielle » ne s’étalait pas sur huit pages de la revue Le 14-Juillet, mais simplement sur deux : p.19-20, et non 19-27.

 

Erreurs élémentaires d’histoire littéraire :

            1. sur l’année de parution du Manifeste des 121 : le manifeste date de 1960. Le dater de 1961, comme cela est fait ici, en change le contexte et lui ôte beaucoup de son poids.

            2. sur la période de collaboration de Blanchot à la NRF : aucun article n’y a paru entre 1938 et 1953, contrairement à ce qu’affirme la première page de l’ « avertissement » ; comment Blanchot pourrait-il publier, notamment entre la fin de la guerre et 1953, dans une revue qui n’existe pas ?

            3. enfin et surtout, sur la date de rédaction d’Après Coup. Ce livre paraît aux éditions de Minuit en 1983, et non en… 1947. Le dater de 1947 laisse ainsi entendre que Blanchot a mentionné Auschwitz très tôt, deux ans après la « révélation » des camps. Après coup est une postface aux deux récits qui composent Le Ressassement éternel. Ces deux récits ont bien paru, eux, une première fois, en revue, juste après la guerre ; mais la postface date seulement de 1983. L’erreur n’est donc pas seulement chronologique. Elle est historique et elle engage la lecture de l’œuvre de Blanchot : Blanchot n’a pas (malheureusement ?) parlé d’Auschwitz en 1947, comme cette erreur de date le donne à croire. (À notre connaissance, la première mention des camps, rapide, date de 1950, à l’occasion d’un texte sur Cayrol, et la seconde, décisive, date de 1962, avec l’article sur le livre d’Antelme.)

Dernière mise à jour ( Friday, 11 September 2009 )
< Précédent



Menu Principal
Accueil
Articles
Association
Bibliographie
Bibliographie critique
Biographie
Colloques
Correspondances
Historique
Presse
Liens
Crédits et contact

Visiteurs en ligne
We have 39 guests online


            Recherche