Espace Maurice Blanchot                                                












|Accueil|Articles|Association|Bibliographie|Bibliographie critique|Biographie|Colloques|Correspondances|Historique|Presse|Liens|Crédits et contact|

 

Espace Maurice Blanchot - www.blanchot.fr
ISSN: 1765-291X

Fondateur
Parham Shahrjerdi

Comité de direction

Christophe Bident, Jérémie Majorel, Parham Shahrjerdi.

Comité de rédaction

Monique Antelme, Andrew Benjamin, Gisèle Berkman, Vanghélis Bitsoris, Marco Ciaurro, Marcus Coelen, Danielle Cohen-Levinas, Jonathan Degenève, Marco Della Greca, Juan Manuel Garrido, Kai Gohara, Kevin Hart, Leslie Hill, Mike Holland, Susanna Lindberg, Charlotte Mandell, Laura Marin, John McKeane, Ginette Michaud, Marcelo Jacques de Moraes, Jean-Luc Nancy, Yuji Nishiyama, Paul-Emmanuel Odin, Hannes Opelz, Joon-Sang Park, Edson Rosa da Silva, Benoît Vincent, Serge Zenkine, Giuseppe Zuccarino.





















Accueil
Blanchot tout de même | En mémoire de Monique Antelme | Vendredi 12 septembre 2014

Blanchot tout de même

En mémoire de Monique Antelme





Il y aura bientôt deux ans disparaissait Monique Antelme : avec elle, ce qu’elle était, ce qu’elle représentait. Pendant près de cinquante ans, elle fut l’amie de Maurice Blanchot ; pendant plus de vingt ans, la seule encore à le voir, à témoigner pour lui et auprès de lui. L’œuvre de Blanchot n’a cessé et ne cessera probablement jamais de susciter les plus importantes et intrigantes questions littéraires, critiques, politiques, philosophiques. Au printemps 2014, un livre de Jean-Luc Nancy et un numéro de la revue Lignes sont venus relancer le débat. L’association des amis de Maurice Blanchot et l’association des Cahiers Maurice Blanchot souhaitent, conjointement, rendre hommage à Monique Antelme qui fut, de l’une et de l’autre, la présidente, et interroger les récentes prises de position. Le souvenir de Monique Antelme n’a de sens que dans ce questionnement, qu’elle souhaita elle-même toujours vivace, actif, profond.

Journée organisée par l’association des amis de Maurice Blanchot et l’association des Cahiers Maurice Blanchot, en partenariat avec l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine.

Comité d’organisation : Christophe Bident, Danielle Cohen-Levinas, Albert Dichy.

Interventions : Christophe Bident, Gisèle Berkman, Danielle Cohen-Levinas, Daniel Dobbels, Mike Holland, Jérémie Majorel, Jean-Luc Nancy, Parham Shahrjerdi, Pierre Vilar.



Vendredi 12 septembre 2014

9h30 à 18h

Lieu : IMEC, 174, rue de Rivoli, 75001 Paris
(métro Palais-Royal)

Code Cour : 85 12, 2ème étage

Réservation souhaitée auprès de Laure Papin : 01 53 34 23 23.



9h30 Danielle Cohen-Levinas, Christophe Bident, Albert Dichy

Ouverture



10h Parham Shahrjerdi

« Apprendre à vivre avec le vide »



Questions ouvertes à Jean-Luc Nancy



10h30 Gisèle Berkman

« Blanchot, après coup »



11h Jérémie Majorel

« Parler en son nom propre »



11h30 Leslie Hill (texte lu par Christophe Bident)

« Du désœuvrement au désaveu »



12h Danielle Cohen-Levinas

« La loi, le mythe, le sacré »



Quel travail reste à faire ?



14h30 Daniel Dobbels

« La chaux »



15h Christophe Bident

« Que se passe-t-il ? »



15h30 Mike Holland

« L'Archive introuvable »


Cahiers Maurice Blanchot n° 02

Le second numéro des Cahiers Maurice Blanchot s’ouvre sur un long hommage à Monique Antelme, rendu par ses amis. Rien ne s’imposait davantage. Celle qui fut la présidente de l’association qui créa ces Cahiers fut surtout la seule amie intellectuelle qui côtoya Blanchot jusqu’à sa mort. On ne le redira jamais assez : lorsque, dans les années 70, Maurice Blanchot se retira en banlieue parisienne, il ne vit plus aucun de ses amis, même s’il leur téléphonait ou s’il leur écrivait encore. Monique Antelme fut la seule à assurer le lien. Les Presses du réel, qui éditent ces Cahiers, publient ici des témoignages de Danielle Cohen-Levinas, Jean-Luc Nancy, Maurice Nadeau, ou encore de Michel Deguy et de Daniel Dobbels, dix-huit au total.

On trouve aussi dans ce numéro un dossier sur « Blanchot et les questions juives », des études et des notes de lecture.



Lire la suite...
La Communauté désavouée - Jean-Luc Nancy

Cet essai se propose comme l’étude de l’ouvrage de Maurice Blanchot au sujet de la communauté, La Communauté inavouable. À travers l’histoire de ce livre, du déchiffrement qu’il appelle – de l’impossibilité, sans doute, d’en achever l’interprétation – et de l’étrange absence de commentaire véritable qui a été son lot depuis trente ans se profile un enjeu qui dépasse de beaucoup ce livre et son auteur. Il s’agit de la préoccupation de notre temps quant au caractère commun de nos existences : à ce qui fait que nous ne sommes pas d’abord des atomes distincts mais que nous existons selon le rapport, l’ensemble, le partage dont les entités discrètes (individus, personnes) ne sont que des aspects, des ponctuations. Cette très simple et très essentielle condition d’être nous échappe dans la mesure où l’évidence de sa donnée se dérobe avec le dérobement de toutes les fondations et de tous les totems qui avaient pu passer pour les garanties d’un être commun ou bien, tout au moins, pour les garanties d’une existence en commun.

Par le commun il faut entendre à la fois le banal, c’est-à-dire l’élément d’une égalité primordiale et irréductible à tout effet de distinction, et – indiscernablement – le partagé, c’est-à-dire ce qui n’a lieu que dans le rapport, par lui et comme lui : par conséquent, ce qui ne se résout ni en « être » ni en « unité ». Cela, donc, qu’on ne peut même pas poser comme un singulier – « le rapport » – sans faire lever l’essaim bourdonnant de ses pluriels. Pour reprendre une image de Freud : le fait d’être nourri d’un même lait « maternel » tout en étant exposés un par un à l’absence « paternelle » d’unité figurale. Le fait d’être ainsi liés au sein une déliaison, déliés le long de la liaison même.

Comment penser cela, qui nous tient tous littéralement au corps, lorsqu’il n’est plus possible de recourir aux fondations ou aux totems des mondes disparus ? Cette question excède, par définition, toute politique, toute ecclésiologie, tout nationalisme ou communautarisme et plus encore toute espèce de solidarité, d’entraide ou de soin collectif. Elle est la question dont le mot communisme entretient depuis plus de deux siècles l’écharde, l’irritation ou le tourment en même temps qu’une attente et une exigence.

Le livre dont Jean-Luc Nancy propose ici une nouvelle lecture est un témoin remarquable dans l’histoire de cette question.

Monique Antelme, Maurice Blanchot, l’amitié
Monique Antelme, Maurice Blanchot, l’amitié.
Journée d’études, Université Paris 7 – Denis Diderot | Journée reportée en automne
Salle 677C, Grands Moulins
 
Monique Antelme nous a quittés à l’automne dernier. Au sein de l’association des amis de Maurice Blanchot, de l’association des Cahiers Maurice Blanchot et du site Espace Maurice Blanchot (www.blanchot.fr), nous avons travaillé avec elle pendant près de dix ans. Depuis 2002, elle assistait chaque année à la journée d’études sur Blanchot organisée à l’université Paris 7 – Denis Diderot. Elle y assistait et y participait, avec la vivacité et l’engagement qui la caractérisait et qui rendait son témoignage à la fois nécessaire et inoubliable. Maurice Blanchot est mort en 2003 ; elle le connaissait depuis près de cinquante ans. Elle l’avait fréquenté dans des moments importants, pour des raisons littéraires, politiques et, les lettres publiées en témoignent, pour de simples raisons d’amitié et de générosité. Elle fut, pendant près de vingt ans, la dernière et la seule amie à lui rendre visite et ce, plusieurs fois par mois. Elle lui téléphonait quotidiennement.
Monique n’aimait pas particulièrement les célébrations, mais elle aimait la mémoire. Elle n’aurait peut-être pas vraiment aimé que nous lui rendions hommage, et ce n’est donc pas exactement ce que nous ferons. Nous voudrions plutôt entretenir la mémoire du sens de l’amitié qui la liait à Maurice Blanchot et au-delà, aux amis qui leur furent communs. 

Gisèle Berkman, Christophe Bident, Danielle Cohen-Levinas, Mike Holland, Jérémie Majorel, Parham Shahrjerdi


20.02.03 - 20.02.13

« Sourire pensif du visage non dévisageable que le ciel la terre disparus, le jour la nuit passés l’un dans l’autre, laissent à celui qui ne regarde plus et qui, voué au retour, ne partira jamais. »

Giuseppe Zuccarino, Il farsi della scrittura, Milano, Mimesis, 2012

Giuseppe Zuccarino, Il farsi della scrittura, Milano, Mimesis, 2012 (147 pp.)

Le dernier livre de Giuseppe Zuccarino – critique et traducteur italien de Mallarmé, Bataille, Klossowski, Blanchot, Caillois et Barthes – réunit une série d’études sur différents auteurs qui, d’une manière ou d'une autre, ont questionné le travail de l’écriture, en cherchant dans leur œuvre le parcours vers l'œuvre, mouvement qui en elle tend à l’accomplissement – ou qui la voue à l’inaccomplissement. Au-delà de la précision et la profondeur de ses analyses, il y a dans le chemin proposé par Zuccarino le charme d’un questionnement implicite que la juxtaposition des textes proposés est capable de révéler. Toutes ces études (déjà parues ailleurs) dessinent un parcours fascinant à travers la deuxième moitié du siècle passé ; elles sont recueillies avec l’intention – comme en témoigne le titre même du livre – de s’interroger sur le « se faire de l’écriture », il farsi della scrittura. C’est l’excellence même de l’écriture française du XXe siècle – Maurice Blanchot, Roland Barthes, Claude Simon, Pascal Quignard, Jacques Derrida – qui est appelée à témoigner de cette dimension matérielle, concrète – physique, physiologique, parfois physiopathologique – de l’écriture en œuvre, de l’œuvre se faisant et interrogeant son faire.

Lire la suite...
Jacques Dupin
Document sans nom

Presque un mois jour pour jour après la disparition de Monique Antelme, c'est Jacques Dupin qui nous quitte. C'est peu dire que nous regrettons l'homme, entier, intègre, intact, chaleureux, prévenant ; que nous regrettons la clôture d'une œuvre poétique, exceptionnelle, immense, retentissante ; et que nous regrettons l'ami de Maurice Blanchot, l'éditeur de la première version de La Folie du jour, mais aussi le lecteur d'une vie. Je me souviens avoir vu des exemplaires de revues appartenant à Dupin ; les articles de Blanchot y étaient abondamment annotés de la main du poète : ces annotations seules méritent une étude. Je me souviens de la lecture en public de La Folie du jour, à la Maison des Écrivains, le 22 septembre 1997, pour les 90 ans de Blanchot : jamais je n'avais entendu ce récit comme un poème en prose. Dupin l'avait lu comme du Rimbaud. Merci, Jacques. Je vous retrouverai sans cesse dans votre œuvre et dans mon souvenir.

C.B

Jacques Dupin: Maurice Blanchot et la poésie

Quelques photos

 

M.A | Parham Shahrjerdi & Benoît Vincent
Document sans nom

Elle s’appelait                                     
                   Maurice
                   Robert
                   Jackie 
                   Dionys
                   Marguerite 
                   Elio
                   Roland
                   
                   Thomas
                   
                   Maurice
                   
Tour à tour Elle

était la certitude de ceux qui n’étaient Elle
       était,     oui,       la

voix retentissante des absents qu'elle
       était.

 

Lire la suite...
Monique | Jean-Luc Nancy
Document sans nom

Nous ne nous sommes vraiment connus qu'un peu tard, au moment de la mort de Blanchot. Monique pourtant n'est pas longtemps restée pour moi la médiatrice de Blanchot, celle aussi, en un autre sens, de celui dont elle portait le nom. Elle est vite devenue "Monique", cette flamme, cette vigueur, cette vie. Nous avons eu un différend, sur un aspect du passé de Blanchot, mais je peux dire qu'il faisait bon disputer avec elle car elle avait le talent rare de toujours laisser sentir à l'autre son affection mêlée à sa contestation. Bien sûr il faisait encore meilleur la voir et l'entendre rire. Elle était espiègle, spirituelle, caustique, exigeante et inquiète. Elle avait une allégresse que ne pouvaient pas démentir, à la longue, les plus lourdes peines - et nous savons celles qu'elle a connues. Avec Monique c'est le nom d'Antelme qui vibre encore, une fois de plus disparu, une fois de plus parmi nous. Car ni les noms ni les lueurs qu'ils propagent ne disparaissent, ni le vie qui les a rendus vivants. Avec combien d'autres disparus toujours proches vous êtes là, Monique, parmi nous... 

Je vous entends, j'entends votre voix, je vois vos gestes francs.

Je vous embrasse. Jean-Luc.

Vous, Monique | Christophe Bident
Document sans nom

Vous m’avez accueilli avec méfiance, pensant que je venais enquêter brutalement sur Maurice Blanchot. Vous m’avez permis de rester près de deux heures dans votre salon, assis à la place qui resterait la même pendant presque quinze ans. Au moment de partir, vous vous êtes étonnée que je ne vous aie posé une seule question sur Blanchot. Sur le seuil de la porte, vous m’avez demandé : vous faites une biographie, ou vous n’en faites pas ?

 

Lire la suite...
Disparition de Monique Antelme

Disparition

Monique Antelme

Epouse de Robert Antelme, amie au plus proche de Maurice Blanchot, présidente de l'Association des Amis de Maurice Blanchot et de l'Association des Cahiers Maurice Blanchot, Monique Antelme nous a quittés samedi 29 septembre. Elle avait 88 ans. Nous lui rendrons hommage. Son courage et sa fidélité nous manqueront.

Pour Monique | Danielle Cohen-Levinas

Comment ne pas trembler aujourd’hui devant toi ? Blanchot disait que ce qui surgit de la mort n’est pas le silence, mais « un murmure incessant », une « parole errante » à laquelle l’amitié donne une voix singulière, par-delà ce qui s’en va, par-delà ce qui nous reste...

 

Lire la suite...
Lettre de Jean Vilar (septembre 1941)

 Lettre de Jean Vilar évoquant Thomas l'obscur, septembre 1941 (extrait)
 

" Je lis le premier livre du camarade Maurice Blanchot, qui vient de paraître et que j'ai acheté en gare de Nîmes. Je t'avais parlé de Blanchot à Sète. Tu dois lire ce livre. Je n'en suis qu'à la 45è page, je trouve tout ce que j'ai déjà lu remarquable, étrange ; tout plein d'une poésie en dehors du logique, du quotidien. C'est pour moi une œuvre qui va désormais compter dans mes pensées. Tendresse pour cette œuvre, comme sur un plan différent, je puis avoir tendresse pour toi."

(Lettre à Andrée Schlegel, sa future épouse, publiée dans le n°112 des Cahiers Jean Vilar, mars 2012, avec l'aimable autorisation de Rodolphe Fouano)



Resenha de Agonie terminée, agonie interminable. Sur Maurice Blanchot (Paris: Galilée, 2011)
Nouvelle page 3

Resenha de Agonie terminée, agonie interminable. Sur Maurice Blanchot (Paris: Galilée, 2011) de Philippe Lacoue-Labarthe

João Camillo Penna

UFRJ

 

Alea Estudos neolatinos, numéro 13 # 2; juillet-décembre 2011.
 

 

Agonie terminée, agonie interminable. Sur Maurice Blanchot [Agonia terminada, agonia interminável. Sobre Maurice Blanchot] de Philippe Lacoue-Labarthe.

 

“A experiência da morte – esta pura impossibilidade – seria a condição, o fim e a origem, ou quem sabe o imperativo categórico (o ‘é preciso’ incondicionado) da literatura como do pensamento”. Essa frase resume o livro póstumo de Philippe Lacoue-Labarthe (1940-2007), Agonie terminée, agonie interminable. Sur Maurice Blanchot, que chega agora à forma de volume, graças ao trabalho de Aristide Bianchi e Leonid Kharlamov. O livro fora anunciado na Amazon.com e .fr desde 2004, mas fora deixado incompleto, ou “interminado”, como diz o próprio título, pelo autor em vida. A publicação coincide com a abertura do arquivo de Lacoue-Labarthe no IMEC (Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine), onde estão depositados os arquivos de muitos dos grandes escritores franceses contemporâneos. O livro é composto de textos heterogêneos, três conferências, dois textos encomendados, um outro mais antigo, da série de prosas Frases (Phrases), coligidas em volume em 2000 (Paris: Christian Bourgois). Pelas notas deixadas em seus arquivos, pode-se reconstituir o formato que teria o livro se concluído, o que nos permite deduzir-lhe o escopo. A apresentação dos dois editores faz o trabalho de recomposição do todo, citando notas de seminários, correspondência, anotações esparsas do autor para si próprio, e não chegam propriamente a preencher-lhe as lacunas, mas dão uma medida do contorno fantasmático do que seria a obra, caso Lacoue-Labarthe tivesse podido concluí-la. Os editores dão um passo adiante com relação ao todo, de maneira discreta mas firme, demonstrando que em parte Lacoue-Labarthe deixou o livro incompleto não apenas pela doença que o matou, mas por dúvidas essenciais com relação ao objeto de sua investigação, que de alguma maneira o título agônico, mais uma vez, nomeia.

Lire la suite...
JOURNÉE D’ÉTUDES MAURICE BLANCHOT - Mardi 27 mars 2012
Nouvelle page 1

JOURNÉE D’ÉTUDES MAURICE BLANCHOT 
Mardi 27 mars 2012

UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT-PARIS 7
UFR LAC, ÉQUIPE DE RECHERCHE CERILAC

ORGANISATION : JÉRÉMIE MAJOREL
MODÉRATEUR : PARHAM SHAHRJERDI
(ESPACE MAURICE BLANCHOT | www.blanchot.fr)


Grands Moulins, Bâtiment C, 6e étage, salle Pierre Albouy
16, rue Marguerite Duras 75013 PARIS
Metro 14 ou RER C « Bibliothèque Fr. Mitterrand »

Lire la suite...
Blanchot face au mythe, note de lecture sur Philippe Lacoue-Labarthe
Nouvelle page 1

Blanchot face au mythe, note de lecture sur Philippe Lacoue-Labarthe, Agonie terminée, agonie interminable, Galilée, 2011, in Le Magazine littéraire, n°515, janvier 2012, p.47 (titre de la rédaction).

 

C’est un livre unique, fait de plusieurs, ou d’aucun. Un livre qui porte sur un fragment de quelques lignes et un opuscule de quelques pages. Ce livre n’a vu le jour ni du vivant de son auteur, Philippe Lacoue-Labarthe, ni du vivant de son objet, ou de son interlocuteur, Maurice Blanchot. Il a été annoncé une fois très précisément, dans les colonnes du Magazine littéraire, pour janvier 2004. Et puis rien. Lacoue-Labarthe est mort, en 2007. Ses archives ont été déposées à l’IMEC. Le fonds a été inauguré le 6 octobre dernier. Aristide Bianchi et Leonid Kharlamov l’ont utilisé pour reconstituer le projet de Lacoue, Agonie terminée, agonie interminable. Ils publient six textes de Lacoue consacrés à Blanchot. Ils les présentent en une cinquantaine de pages d’autant plus passionnantes qu’elles citent, de Lacoue, des propos de radio, des phrases de séminaire, des extraits de correspondances et des notes préparatoires. C’est dire que l’information est de première main. Ce livre est à la fois un livre, une thèse et un document.

 

Lire cette note de lecture sur le site du Magazine littéraire

 

 

Un siècle d'écrivains : Maurice Blanchot

Un siècle d'écrivains - Maurice Blanchot

Film de Hugo Santiago
Scénario: Hugo Santiago et Christophe Bident

Première diffusion:  le mercredi 30 septembre 1998 sur France3

Voir le site de l'émission

Revue Europe - Dossier Emmanuel Levinas
Nouvelle page 2

Revue Europe

Novembre & Décembre 2011
N° 991-992
Emmanuel Levinas
ISBN 9782351500446

 

Né en Lituanie, Emmanuel Levinas (1906-1995) est l’un des penseurs les plus influents de notre temps. Après ses études à Strasbourg, où il fut le condisciple de Maurice Blanchot, il suivit en 1927-1928 les cours de Husserl et de Heidegger à Fribourg. Si Levinas s’inscrit dans le sillage de la phénoménologie husserlienne, son chemin de pensée n’est pas celui d’un épigone, mais ouvre au contraire des horizons nouveaux en articulant le concret phénoménologique de la vie et la rigueur éthique de l’altérité.

Lire la suite...
Blanchot en Israël
Nouvelle page 3

Au mois de mai, une anthologie en hébreu regroupant des extraits de L’espace littéraire et du Livre à venir a paru en Israël aux Editions « Hakiboutz Haméouhad », dans la collection « Les Français ». Cette collection est dirigée par la philosophe et écrivaine Michal Ben-Naftali qui a traduit et postfacé les textes de Blanchot. Jusqu’à présent, seulement deux traductions de l’œuvre blanchotienne ont vu le jour, Le pas au-delà,  et L’arrêt de mort suivi de la nouvelle L’instant de ma mort, ces deux derniers titres publiés également par les Editions « Hakiboutz Haméouhad ».

Lire la suite...
La poétique du dehors. Lectures de Maurice Blanchot 
Nouvelle page 1

Séminaire de Maryan Benmansour : « La poétique du dehors. Lectures de Maurice Blanchot »

 

La poétique se soutient selon nous d'une expérience que Blanchot n'a cessé d'approcher et dont il donne une des formules dans L’entretien infini : « parlant, nous différons de parler »...En ce jeu de mots se nomme un tour/détour qui se dérobe à tout présent, une décision de parler qui est une non-parole « qui appartient au langage mais qui chaque fois que nous parlons essentiellement, nous met hors du langage, de même que nous ne sommes jamais plus près de parler que dans la parole qui nous en détourne ».

Lire la suite...
Soutenance de thèse de Laura Marin
Nouvelle page 1

Soutenance de thèse

Le mardi 27 septembre, Laura Marin, membre de notre comité de rédaction, a soutenu une thèse de doctorat intitulée "La manière et les effets du neutre – Lire Blanchot dans les traces de Levinas et Derrida". La soutenance a eu lieu à l'Université de Bucarest devant un jury composé de MM. Christophe Bident et Mircea Martin (co-directeurs de cette thèse en co-tutelle, respectivement Université Paris 7 et Université de Bucarest), Mme Ioana Both et M. Ciprian Mihali (Université de Cluj). Laura Marin a obtenu la mention très honorable avec les félicitations à l'unanimité du jury.

 

Lire la suite...
Sapho nous lit L'entretien infini de Maurice Blanchot

Sapho nous lit L'entretien infini de Maurice Blanchot (1969)

Ecouter sur France Culture
Télécharger



Inauguration du fonds Philippe Lacoue-Labarthe
Nouvelle page 1

L'ouverture du fonds d'archives Philippe Lacoue-Labarthe à l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine (IMEC, Abbaye d'Ardenne, Caen). 

À cette occasion l'IMEC organise le jeudi 6 octobre 2011 une journée d'inauguration pour présenter les ensembles inédits que comporte le fonds et les premiers travaux menés à partir des archives, le tout suivant le motif de la question de l'écriture. La journée sera également l'occasion de présenter en avant-première deux livres majeurs:

- Philippe Lacoue-Labarthe, Agonie terminée, agonie interminable — sur Maurice Blanchot (Galilée, coll. "La philosophie en effet", éd. établie par A. Bianchi et L. Kharlamov)

- Jean Christophe Bailly, La Véridiction — sur Philippe Lacoue-Labarthe (Christian Bourgois, coll. "Détroits")

Agonie terminée, agonie interminable, livre posthume de Philippe Lacoue-Labarthe sur Maurice Blanchot sera disponible sur place avant sa sortie publique.

Lire la suite...
Nouveau site sur Blanchot en espagnol
Nouvelle page 1

Nouveau site sur Blanchot en espagnol
Le site de la revue Neutral contient des articles sur Blanchot et des recensions de livres sur Blanchot. L'ambition est clairement exprimée dans la section "Éditorial" : diffuser dans le monde hispanophone des travaux sur Blanchot ou d'inspiration blanchotienne.
Les différentes sections du site sont les suivantes :
• "Études critiques sur Blanchot" (pour l'instant, un seul article, sur le concept de désir et d'une certaine façon sur le rapport de Blanchot avec la psychanalyse) ;
• "Blanchot et ses contemporains" (deux articles, l'un sur l'influence de Blanchot sur Foucault, lorsque celui-ci aborde Sade en particulier et la littérature en général ; l'autre sur Ricoeur) ;
• "Critique littéraire" (deux articles, l'un sur Au moment voulu ; l'autre est une étude comparative avec un poète chilien) ;
• "Recensions" (une recension d'un livre espagnol portant sur l'esthétique de Blanchot) ;
• "Bibliographie" (textes de et sur Blanchot en espagnol ou traduits en espagnol).

Cahiers Maurice Blanchot n° 1

 

Cahiers Maurice Blanchot n° 1

128 pages (12 ill. n&b)
ISBN : 978-2-84066-441-3
EAN : 9782840664413

 

Dirigés par Monique Antelme, Danielle Cohen-Levinas et Michael Holland (comité scientifique : Geoffrey Bennington, Michel Deguy, Marguerite Derrida, Kevin Hart et Jean-Luc Nancy), les Cahiers Maurice Blanchot sont nés d'un unique et pressant souci : celui d'encourager et d'enrichir la lecture de ce grand écrivain du XXe siècle, mort en 2003, et qui, pour des raisons où se nouent quelques-uns des conflits et contradictions de ce siècle tout en fractures, demeure souvent mésestimé et d'un accès réputé difficile.
C'est que, à toutes les époques où elle s'est donnée à lire, on peut dire que l'écriture de Maurice Blanchot dérange, au point de s'attirer de la part de contemporains chez qui la bonne foi n'est pas toujours en évidence, une réputation d'illisibilité ou d'inactualité. Qui plus est, résolument solitaire, en retrait par rapport à l'événement et refusant d'entrer dans le petit jeu de la notoriété, Blanchot semble avoir tout fait pendant sa vie pour qu'une œuvre déjà réfractaire aux catégories reçues, perde son profil avec le temps qui passe, tendant elle-même de plus en plus à passer inaperçue.
Sans chercher à ignorer ce qui dans cette œuvre la voue à la discrétion, mais nullement enclins à l'encenser purement pour ce qu'elle fut, les Cahiers Maurice Blanchot partent du principe que, par le dévouement à toute épreuve à la littérature qui l'informe, cette œuvre s'est introduite par effraction au cœur du temps qui passe comme cela même qui refuse de passer : une interrogation persistante dont la singulière actualité ne cesse d'interpeller notre époque dans chacun des domaines qui la définissent : politique, philosophie, éthique, culture.

Lire la suite...
Review of “Blanchot Romantique”

 

John McKeane and Hannes Opelz, ed., Blanchot Romantique: A Collection of Essays. Le Romantisme et après en France, vol. 17 (Bern: Peter Lang, 2010), 317 pp.

 

Kevin Hart, The University of Virginia / The Australian Catholic University

 

 

 

Readers of Maurice Blanchot are fortunate: for some time now our author has attracted unusually good critics, and the growing body of scholarship on him has several outstanding volumes in its ranks. This collection of essays is one such volume. Blanchot Romantique tackles the large and multi-faceted questions of Blanchot’s debts to Romanticism, his displacements of Romantic motifs in his criticism, narratives, and fragmentary writing, and his re-launching of Romantic or Post-Romantic gestures from new positions in his later political writings. The collection consists of a thorough introduction by the two editors, and fourteen insightful essays: five in French and nine in English. These essays are grouped in five sections. First come two sets of essays on “Legacies” (“Theory” and “Praxis”), then three essays on “Twentieth-Century Conversations in Romanticism,” which are followed by two essays offered as “Romantic Fragmentations,” and finally the collections ends with three essays under the heading of “Political Romanticism.”

Lire la suite...
L'image minimale de la littérature. Sur Maurice Blanchot

 

Kai GOHARA, L'image minimale de la littérature. Sur Maurice Blanchot (en japonais, éditions Sayusha, 372p., 2011) a paru en mars au Japon. Il s'agit de la traduction après remaniement de la thèse dirigée par Christophe Bident et soutenue à l'Université Paris VII en juin 2007 : "Il y a de l'image. Maurice Blanchot et l'image minimale de la littératutre". Outre l'introduction et la conclusion, le livre se compose de deux parties dont la première s'intitule "L'image comme cadavre" et la deuxième "L'image comme figure impossible du langage".

 

 

Lire la suite...
L'instant de ma mort en persan

 

Vient de paraître:

L'instant de ma mort

Maurice Blanchot

Traduit en persan par Parham Shahrjerdi

Cette traduction est précédée par une présentation de Parham Shahrjerdi.

 

 

Feuilleter cette publication en ligne

 

Lire la présentation en persan

‘Périmer d’avance’: Blanchot and Derrida
Nouvelle page 1

John McKEANE:
‘Périmer d’avance’: Blanchot and Derrida


One could have demonstrated that Maurice Blanchot’s writing has been foundational for thinkers from Foucault to Nancy, and for writers from Roger Laporte to Jonathan Littell. However, his most acute reader, Derrida, warns against this, writing of Blanchot in 1986 : ‘s’il n’y avait là grossière attribution de maîtrise, si Le Pas au-delà ne périmait d’avance telle métaphore, je dirais que jamais, autant qu’aujourd’hui, je ne l’ai imaginé si loin devant nous’. My paper will address the challenge posed by Derrida’s qualifications, which is redoubled by the nature of Blanchot’s writing, with its early, extensive, and experimental deconstruction of subjective authority
.

 

 

Lire la suite...
Maurice Blanchot, passion politique

Vient de paraître:

Maurice Blanchot, passion politique
Jean-Luc Nancy

PRÉSENTATION


En 1984, les Cahiers de L’Herne m’invitèrent à organiser un numéro consacré à Maurice Blanchot. Parmi les raisons qui, avec Philippe Lacoue-Labarthe, nous poussèrent à vouloir réaliser ce projet, il y avait celle liée aux récentes publications concernant les positions politiques du Blanchot des années 1930 : nous voulions saisir l’occasion d’engager avec lui un échange sur cette question, afin de dépasser l’affrontement grossier des accusations et des défenses tel qu’il se jouait alors dans les magazines.
À travers quelques échanges de lettres, Blanchot en vint à concevoir l’idée de rassembler des remarques éparses sous la forme d’un document – qu’il nomma « récit » dans une lettre à Roger Laporte, publiée ici – qui aurait en quelque sorte valeur de déclaration préliminaire à un entretien futur. Quel est l’enjeu de cette lettre ? Il est moins, à mon sens, dans ce qu’elle ouvre de vérité historique et psychologique (qui n’est certes pas négligeable) que dans le fait qu’elle oblige à nous demander comment, à partir d’où et selon quelles interrogations nous devons la lire.

Cette obligation est liée à celle qui a poussé Maurice Blanchot à écrire ce document assez singulier au milieu tant de sa correspondance que de son œuvre. En 1984, et devant une proposition de discussion autour de son passé politique dont il savait qu’elle n’était ni agressive ni soupçonneuse – bien qu’elle ne fût en rien complaisante –, il pouvait sentir et comprendre que s’offrait une autre disposition que celle des procureurs empressés. Il pouvait avoir confiance dans la possibilité d’une explication – ce qui n’est en rien équivalent à une justification. Il ne s’agit pas du tout de justifier ni même d’excuser les pensées et les déclarations de Blanchot. Il ne s’agit d’ignorer aucun aspect de ses convictions politiques ni de ce qu’elles ont pu impliquer d’engagement, fût-il seulement celui de la plume.

On s’exclame « il était d’extrême droite ! », voire « il était fasciste ! » et cela signifie : « il fallait être de gauche, il fallait être antifasciste ! ». On pense désigner ainsi une sorte d’évidence pérenne de la « gauche » qui se confond à peu près, en fait, avec la profession de foi des droits de l’homme et de la démocratie parlementaire – et cela d’autant mieux qu’il est devenu difficile de parler même de « socialisme ». Il est vrai qu’il n’en était pas ainsi il y a vingt-cinq ans. Mais il est non moins vrai qu’était sensible dès ces années la nécessité d’une interrogation de grande ampleur sur le sens de la (ou « du », comme nous disions justement pour mettre l’accent sur le problème d’un concept ou d’une essence) politique.

J.-L. Nancy

 

 

Review of Maurice Blanchot, Political Writings: 1953-1993
Nouvelle page 3

Review of Maurice Blanchot, Political Writings: 1953-1993, trans. and with an introduction by Zakir Paul, with a foreword by Kevin Hart (New York: Fordham University Press, 2010).

John McKeane

 

Until the appearance of Blanchot’s Political Writings, the English-speaking reader had only partial access to this extraordinary body of work, which addresses moments from the Algerian war to May 1968, and includes texts from those written for an ‘International Review’ in the early 1960s to varied interventions made up until the 2000s on issues from Judaism to Iraq. The collection is largely based on the two Écrits politiques editions of 2003 and 2008, and as such is roughly two-thirds dedicated to elements of Blanchot’s writings of the late 1950s and 1960s, which – we learn – Derrida described as ‘some of the finest political tracts ever written’ (p. xxvii). The appearance of these texts in English is immensely valuable, and will enable readers not so much to see what Blanchot’s work would have looked like had it been completed, but to grasp that the notion of completion is only part of the fragmentary writing he was beginning to explore in this period. This can be seen in his own discussion of the posthumous editing of Nietzsche, when he asks: ‘What are we looking for in these fragile texts? Something that cannot be found in any text, the hors-texte, the word that is de trop, in order that it should not miss its appointment with the completion of Complete Works, or on the contrary, in order that it should  be forever missing?’[1]

Lire la suite...
L'espace du dehors : Maurice Blanchot
Nouvelle page 1

L'Ecole de Psychanalyse des Forums du Champ Lacanien organise à Toulouse, avec la participation de la librairie Ombres Blanches, le samedi 14 Mai à 14 h., au Théâtre Garonne, 1 rue du Château d'eau, un après-midi intitulé :

L'espace du dehors : Maurice Blanchot


avec des lectures de Maurice Blanchot et des contributions de :
Michel Bousseyroux, psychanalyste, Christine de Camy, psychanalyste, François Dutrait, philosophe, Sébastien Lange, comédien et metteur en scène, et Jacqueline Patouet, psychanalyste.
 

Leslie Hill: Radical Indecision

 

Radical Indecision

Barthes, Blanchot, Derrida, and the Future of Criticism

Leslie Hill
ISBN 10: 0-268-03107-X
ISBN 13: 978-0-268-03107-7

 

In his newest book, Radical Indecision, esteemed scholar Leslie Hill poses the following question: If the task of a literary critic is to make decisions about the value of a literary work or the values embodied in it, decisions in turn based on some inherited or established values, what happens when that piece of literature fails to subscribe to the established values? Put another way, how should literary criticism respond to the paradox that in order to make critical judgments of literary works, it is first necessary to suspend judgment and to consider the impossibility of making a final decision? Hill pursues these ideas in the works of leading French critics Roland Barthes, Maurice Blanchot, and Jacques Derrida, discussing writers such as Sade, Mallarmé, Proust, Artaud, Genet, Celan, and Duras.

Lire la suite...
Mise en ligne des communications de la Journée d'études Maurice Blanchot du lundi 12 avril 2010
Nouvelle page 1

On trouvera ici en ligne les communications qui ont été faites lors de la Journée d'études Maurice Blanchot du lundi 12 avril 2010. Elle avait réuni un ensemble de jeunes chercheurs venant de tous horizons. Leurs communications abordent en particulier l'aspect politique de la pensée de Blanchot (les chroniques des années 30, mais aussi la manière dont un Rancière ou un Balibar ont pu s'inspirer de cette pensée) ainsi que l'aspect éthique et esthétique des récits (Le Très-Haut, La Folie du jour) et des essais (la citation, Orphée).

Trouvaille: A conversation about the proofs of Maurice Blanchot’s L’Entretien infini at Houghton
Nouvelle page 3

Trouvaille  

A conversation about the proofs of Maurice Blanchot’s L’Entretien infini at Houghton Library

Christie McDonald and Leslie Morris

 

Leslie Morris is Curator of Modern Books and Manuscripts at Houghton Library, Harvard University.

Christie McDonald is Smith Professor of French Language and Literature in the Department of Romance Languages and Literatures and Professor of Comparative Literature at Harvard University.

 

LESLIE MORRIS: The convergence of Maurice Blanchot and the Houghton Library may seem somewhat surprising to those who know the Library primarily for its antiquarian holdings, but the story of how the corrected proofs of L’Entretien infini (now Houghton MS Fr 497) ended up at Harvard illustrates the often serendipitous ways primary research materials end up in appreciative institutional hands. In this case, the story begins with a network of academic connections. Christie McDonald, Smith Professor of Romance Languages and Literature and Professor of Comparative Literature at Harvard, has had close ties with the Library since her arrival at Harvard in 1994. She was a donor—of the papers of her aunt, the artist Anne Eisner—and latterly guest curator of an exhibition at the Library, Images of Congo: The Art of Anne Eisner.[i] On March 5, 2009, Ginette Michaud, a Professor of French literature at the Université de Montréal, urgently e-mailed Christie on behalf of the online scholarly community Espace Maurice Blanchot, of which she is a member of the board. They had just learned that several Blanchot manuscripts were for sale—perhaps the only extant working materials left by the famously reclusive writer. Michaud forwarded the bookseller’s description of “the literary sale of the century,” and confirmed that this was an “exceptional and rare archive.”  The Espace Maurice Blanchot board wanted a safe institutional home for the materials where scholars could study them, rather than see them disappear into a private collection. Could Harvard help save these manuscripts for scholarship? (Given the size of its endowment, Harvard is often assumed to have ample money to spend on acquisitions; but such, alas, is not the case. We must buy prudently.) Perhaps a word is needed here about Maurice Blanchot, for those who may not be familiar with Blanchot’s work.

Lire la suite...
Enfances Narcisse

         

Jérémie MAJOREL, « Le stade de l’écho », in Agenda de la pensée contemporaine, n° 18, automne 2010, p. 103-112, sur Claire Nouvet, Enfances Narcisse, Galilée, 2010, 161 p. :

 

Résumé

« Ovide à la fois anticipe et complique la scène “formative” que Wallon et Lacan décriront bien plus tard. » Telle est la thèse et la démarche de Claire Nouvet dans cet essai : moins une interrogation de l’Antiquité par le présent qu’une interrogation du présent par l’Antiquité. Retourner au texte ovidien, dans une dialectique entre approche traditionnelle et lecture moderne qui explore toutes ses subtilités, lui permet ainsi d’apporter de nouvelles perspectives sur des questions fondamentales à la fois psychanalytiques, éthiques et phénoménologiques : le rapport à soi et à l’autre, l’amour, la subjectivation par la parole et par l’image et la fascination. Toutes ces avancées interprétatives, à la fois prudentes et modernes, dans le texte ovidien permettent à Claire Nouvet de nuancer certains développements de Freud, de Wallon, de Merleau-Ponty et de Lacan sur le concept de narcissisme. Mais c’est avec un texte plus inattendu qu’elle entretient la « relation critique » (Starobinski) la plus féconde : L’Ecriture du désastre de Maurice Blanchot et un des fragments intitulés « (Une scène primitive ?) », complété par deux autres fragments plus succincts. La référence aux réflexions de Blanchot ouvre et termine l’essai et l’innerve régulièrement. Claire Nouvet entretient un rapport à la fois stimulant et libre avec cette référence.

Cf. <agenda.ipc.univ-paris-diderot.fr>

 

Blanchot Romantique

 

Blanchot Romantique

John McKeane and Hannes Opelz (eds)
A collection of Essays

Peter Lang

ISBN: 978-3-03911-973-8

317 pages
November 2010
 

The work of French writer and essayist Maurice Blanchot (1907–2003) is without doubt among the most challenging the twentieth century has to offer. Contemporary debate in literature, philosophy, and politics has yet to fully acknowledge its discreet but enduring impact. Arising from a conference that took place in Oxford in 2009, this book sets itself a simple, if daunting, task: that of measuring the impact and responding to the challenge of Blanchot’s work by addressing its engagement with the Romantic legacy, in particular (but not  only) that of the Jena Romantics. Drawing upon a wide range of philosophers and poets associated directly or indirectly with German Romanticism (Kant, Fichte, Goethe, Jean Paul, Novalis, the Schlegels, Hölderlin), the authors of this volume explore how Blanchot’s fictional, critical, and fragmentary texts rewrite and rethink the Romantic demand in relation to questions of criticism and reflexivity, irony and subjectivity, narrative and genre, the sublime and the neutre, the Work and the fragment, quotation and translation. Reading Blanchot with or against key twentieth-century thinkers (Benjamin, Foucault, de Man), they also examine Romantic and post-Romantic notions of history, imagination, literary theory, melancholy, affect, love, revolution, community, and other central themes that Blanchot’s writings deploy across the century from Jean-Paul Sartre to Jean-Luc Nancy. This book contains contributions in both English and French.

Lire la suite...
Maurice Blanchot: The Philosopher’s Philosopher

Montréal. Un panel intitulé « Maurice Blanchot: The Philosopher’s Philosopher » a eu lieu le 6 novembre, organisé par Pleshette DeArmit, pour la Société américaine de philosophie de langue française (SAPLF), dans le cadre du 49e congrès de la Society for Phenomenology and Existential Philosophy (SPEP) (4-6 novembre 2010, Hôtel Mariott Château Champlain). Il a réuni Kas Saghafi, qui a présenté une lecture des figures de Lazare et de Thomas l'Obscur à partir de la question de la résurrection chez Jean-Luc Nancy ; Christopher Fynsk, qui a parlé des rapports de Philippe Lacoue-Labarthe à Blanchot à partir d’une lecture de Phrase ; et Ginette Michaud (“Jacques Derrida et Maurice Blanchot : la tentation de la littérature” (Autour du dernier « dernier mot » : une note de lecture sur «“Maurice Blanchot est mort” »).

Les avant-gardes littéraires et la question de l’écriture en mai-juin 1968 en France

Boris Gobille : ”Affaires de profanes ou affaires de spécialistes ? Les avant-gardes littéraires et la question de l’écriture en mai-juin 1968 en France”

Paru dans Tiina Arppe, Timo Kaitaro & Kai Mikkonen (éds), Writing in Context: French Literature, Theory and the Avant-gardes, Studies across Disciplines in the Humanities and Social Science, Helsinki: Helsinki Collegium for Advanced Studies, 2009.

L’article de Boris Gobille ne concerne Blanchot que très marginalement, dans la mesure où l’auteur n’entre pas du tout dans sa pensée et son écriture. L’article est une présentation sociologique du champ des avant-gardes littéraires durant mai 68 en France.

Lire la suite...
La Condition critique

Vient de paraître:

La Condition critique
Articles 1945-1998
Edition de Christophe Bident

De Faux Pas (1943) à Une voix venue d’ailleurs (2002), Maurice Blanchot, de son vivant, a recueilli la plupart de ses articles critiques dans ses livres. Il en laissa pourtant certains de côté. Ce sont ces textes que nous avons entrepris de publier. Une première série a donné le volume des Chroniques littéraires du Journal des débats, 1941-1944. Le lecteur trouvera ici la suite : l’ensemble des articles de critique littéraire que publia Blanchot de 1945 à sa mort sans les reprendre dans ses livres. Nous y avons ajouté les textes publiés dans certains courts volumes aujourd’hui indisponibles. Figurent également quelques prières d’insérer signées par Blanchot lors de la publication de ses propres fictions.

Voici donc rassemblées des chroniques de presse, des chroniques de revue ou des pièces de circonstance, réponses aux enquêtes, hommages aux disparus. Ou encore ces lettres, qui se firent de plus en plus fréquentes au fil du temps : les adressant aux comités de direction de revues ou aux responsables d’ouvrages collectifs, Blanchot y invoque l’impossibilité où il se trouve de répondre à la demande d’une contribution, mais cette manière d’excuse devient un texte à part entière.
Ces miscellanées permettent de découvrir un autre Blanchot. Elles échappent parfois aux motifs dominants de sa pensée. Elles permettent aussi d’en suivre les réélaborations successives. Levinas, Bataille, Mascolo, Derrida, la critique, la Bible, la politique sont là. Sartre, Malraux, Thomas Mann, Beckett, Michaux, Merleau-Ponty, l’affaire Dreyfus aussi. Mais il arrive à ces textes de porter sur des auteurs et des sujets inattendus : Cyrano de Bergerac, Fourier, Adamov, Gracq, Lowry, Caillois, le merveilleux, les prix littéraires, la science-fiction…

C.B.

Maurice Blanchot: Political Writings, 1953-1993
Nouvelle page 2

Maurice Blanchot: Political Writings, 1953–1993

Translated by Zakir Paul
ISBN: 9780823229987
Fordham University Press
224 pages
September 2010
 

Maurice Blanchot is a towering yet enigmatic figure in twentieth-century French thought. A lifelong friend of Levinas, he had a major influence on Foucault, Derrida, Nancy, and many others. Both his fiction and his criticism played a determining role in how postwar French philosophy was written, especially in its intense concern with the question of writing as such. Never an academic, he published most of his critical work in periodicals and led a highly private life. Yet his writing included an often underestimated public and political dimension.
This posthumously published volume collects his political writings from 1953 to 1993, from the French-Algerian War and the mass movements of May 1968 to postwar debates about the Shoah and beyond. A large number of the essays, letters, and fragments it contains were written anonymously and signed collectively, often in response to current events. The extensive editorial work done for the original French edition makes a major contribution to our understanding of Blanchot’s work.

Lire la suite...
L'Entretien infini: Trouvaille
Nouvelle page 1

Leslie Morris, curator of Modern Books and Manuscripts at Houghton Library, et Christie McDonald, Smith Professor of Romance Languages and Literatures et Professor of Comparative Literature, toutes deux de l'Université Harvard (USA), publient un entretien intitulé Trouvaille où elles reviennent sur l'acquisition récente d'un jeu d'épreuves de L'Entretien infini, annoté et corrigé de la main de Blanchot. Elles expliquent le trajet de ce jeu d'épreuves, de l'appartement de Blanchot rue Madame, à Paris, à la bibliothèque Houghton et analysent quelques-unes des variantes. Un texte indispensable, pour ces deux raisons : il livre un pan de la vie actuelle de l'archive blanchotienne et esquisse une lecture qui devrait se préciser dans les années à venir, au fur et à mesure des consultations de ce document par les chercheurs.
A lire sur http://people.fas.harvard.edu/~cmcdonal/site/index.html

Nous publions un essai de John McKeane, premier témoignage de l'importance du travail sur ces épreuves pour la recherche.

 

L’Absence de livre à venir - John McKeane
Nouvelle page 4

L’Absence de livre à venir

John McKeane

 

Comme l’explique l’article ‘Trouvaille’, les épreuves de L’Entretien infini de Maurice Blanchot se trouvent désormais dans le domaine public, celui de l’ ‘immense parole qui di[t] toujours nous’ (Le Dernier homme, 112). C’est un grand geste qu’a fait l’Université de Harvard, c’est un grand moment pour les études littéraires, et ceux qui ont travaillé à sa réalisation sont à remercier et à féliciter. Les remarques suivantes se basent sur ces épreuves, que j’ai pu consulter, et sur quelques-unes des nouvelles perspectives qu’elles ouvrent. Comme je l’indiquerai, quelques épisodes de l’histoire de ce livre manquent encore, notamment en ce qui concerne un deuxième manuscrit hypothétique, et je ne peux que faire entendre une volonté d’en savoir quelque chose. La partie la plus révélatrice des épreuves est sans doute l’article ‘Le rapport du troisième genre (homme sans horizon)’, inédit lors de son apparition dans L’Entretien infini. Christie McDonald en aborde un aspect dans ‘Trouvaille’, et pour ma part je reformulerai ailleurs certaines remarques déjà faites à l’oral lors de la récente journée d’études Maurice Blanchot à l’Université Paris 7.

Lire la suite...
Lettre d'Emmanuel Levinas à Maurice Blanchot
Nouvelle page 2

Lettre d'Emmanuel Levinas à Maurice Blanchot

Dans le numéro d'octobre 2009 de La Règle du jeu, Olivier Corpet, directeur de l'IMEC, publie, avec l'aimable autorisation de Michaël Levinas, une lettre, plus exactement un brouillon de lettre, d'Emmanuel Levinas à Maurice Blanchot. Ce texte, extraordinaire, lui semble "exemplaire du rôle que nous devons assigner à l'archive dans une revue comme La Règle du jeu". Il est en effet le premier d'une série qui sera publiée dans la nouvelle formule de la revue, sous la rubrique "L'archive en revue".

Lire la suite...
Blanchot dans son siècle - Actes du colloque de Cerisy

         

Blanchot dans son siècle, Lyon : Parangon, coll. "Sens public", 2009, 366 p.
ISBN : 978-2-84190-191-3

Ce volume réunit les contributions issues du colloque « Maurice Blanchot » organisé à Cerisy-la-Salle en juillet 2007.

Lire la suite...
A l'attention des lecteurs des Écrits politiques

A l'attention des lecteurs des Écrits politiques


Suite à la réédition chez Gallimard au printemps 2008 des Écrits politiques de Blanchot sous la responsabilité d'Éric Hoppenot, un certain nombre d'écrivains et d'intellectuels ont alerté l'éditeur sur les nombreuses erreurs que comporte cette édition. Et ce, à plusieurs reprises : lors de deux rencontres rue Sébastien-Bottin en juin et en septembre, et par une lettre adressée à Antoine Gallimard fin octobre, signée des personnes suivantes : Monique Antelme, Andrew Benjamin, Gisèle Berkman, Christophe Bident, Danielle Cohen-Levinas, Marguerite Derrida, Michel Deguy, Kevin Hart, Leslie Hill, Mike Holland, Jean-Luc Nancy et Parham Shahrjerdi.

Nous avions indiqué sur le site
dès le mois de juin quelques-unes des erreurs que comporte cette réédition. Dans l'attente d'une réédition de la réédition… nous jugeons nécessaire de faire part sans tarder aux lecteurs de l'ensemble des erreurs que plusieurs membres de notre comité de rédaction ont pu relever.

Lire la suite...
Bibliographie critique de Maurice Blanchot

 

Parham Shahrjerdi - Benoît Vincent
Bibliographie critique de Maurice Blanchot
avec la collaboration de Jérémie Majorel
 

Ce travail de compilation regroupe à l'heure actuelle plus de 1100 articles, chapitres d'ouvrages, numéros spéciaux de revues, ouvrages, compte-rendus, films depuis 1942 à nos jours dans tous les pays.
 

Pour découvrir la bibliographie critique de Maurice Blanchot, cliquez ici.  

 

Maurice Blanchot: partenaire invisible

         

Maurice Blanchot: partenaire invisible
Christophe Bident
Editions
Champ Vallon  

Réédition. coll. «Les classiques»

ISBN 978.2-87673-496-8

 

Les éditions Champ Vallon publient l'essai biographique de Christophe Bident, Maurice Blanchot, partenaire invisible, dans une nouvelle collection, "Les classiques de Champ Vallon". Aucun changement dans le texte, mais le livre paraît dans un format semi-poche: plus petit, plus maniable et surtout moins cher !

Lire la suite...



Menu Principal
Accueil
Articles
Association
Bibliographie
Bibliographie critique
Biographie
Colloques
Correspondances
Historique
Presse
Liens
Crédits et contact

Visiteurs en ligne
We have 9 guests online


            Recherche